Petite revue de la toile – édition confinement : couple, poils et page blanche

Petite revue de la toile – édition confinement : couple, poils et page blanche

Si on sait où chercher, il se passe des choses passionnantes sur internet, faites d’un matériau unique, plus spontané que celui des livres, mais plus personnel que celui de la télé. C’est pourquoi je lance ma Petite revue de la toile, qui paraîtra plus ou moins mensuellement, où je compilerai pour vous la crème de la crème. 

Nettoyage de printemps digital 

On ne trouve pas que des revues d’après-shampoing sur les blogs de filles. Ce mois-ci, j’y ai repéré un super article sur notre rapport au digital, complet et pratique. Lucile y parle d’infobésité et de dépendance aux algorithmes. N’oublions jamais que la plupart des choses que nous amenons sur nos écrans sont faites pour nous retenir le plus longtemps possible, et si on n’y prend garde, on peut se retrouver avec certains symptômes sortis de nulle part, se sentir blasé et improductif…

Même si vous vous dites “moi, ça va”, vous pourriez être surpris en faisant le test présent dans l’article (on dirait un titre d’article pigeon.net, elle a bu ceci tous les matins pendant un an, le résultat va vous surprendre !). Sérieusement, quel est la première chose que vous avez dans les mains quand vous vous réveillez ? Les lunettes ne comptent pas. Parce que vous les mettez pour voir où est votre portable : je vous vois venir, petits malins.

MINIMALISME DIGITAL : RANGEMENT, DETOX, ÉCOLOGIE, MOINS MAIS MIEUX

Sur Youtube, parlons peu mais parlons du couple 

Etre confiné.e en couple, c’est au choix, une super aubaine, ou tout le contraire. Disons que les bons côtés comme les mauvais sont exacerbés. En tout cas, ça me semble être un bon moment pour se rappeler que si ce n’est pas un conte de fée de chaque instant, c’est NORMAL. Il n’y a pas de règle sur le nombre de rapports sexuels à avoir par semaine, le pourcentage de choses qu’on doit partager, ou quoi que ce soit d’autres. Chers gens en couple, si vous vous aimez et que vous vous respectez, ne changez rien, vous êtes parfaits. (Chers gens célibataires, vous êtes parfaits aussi, d’ailleurs.) 

https://www.youtube.com/watch?v=I3_11wvPEPE&t=193s

Et en bonus, une étude de cas du couple confiné, qui m’a sacrément fait marrer, pour illuminer votre dimanche. 

https://www.youtube.com/watch?v=Y4UAMv3eMPU

Voilà, ça me semblait sympa de faire ça, mais n’hésitez pas à me dire si :

  1. cette rubrique vous intéresse 
  2. ou alors pas du tout parce que vous êtes là pour lire mon blog qui est décidément votre préféré

A tchao bon dimanche ! (qui a la ref ?)

Adulte, Automne, Feuilles D'Automne, Bicyclettes, Vélos

L’épilation : ni pour moi, ni pour les autres, mais alors pourquoi ?

Sur Youtube, parlons peu mais parlons du couple 

Etre confiné.e en couple, c’est au choix, une super aubaine, ou tout le contraire. Disons que les bons côtés comme les mauvais sont exacerbés. En tout cas, ça me semble être un bon moment pour se rappeler que si ce n’est pas un conte de fée de chaque instant, c’est NORMAL. Il n’y a pas de règle sur le nombre de rapports sexuels à avoir par semaine, le pourcentage de choses qu’on doit partager, ou quoi que ce soit d’autres. Chers gens en couple, si vous vous aimez et que vous vous respectez, ne changez rien, vous êtes parfaits. (Chers gens célibataires, vous êtes parfaits aussi, d’ailleurs.) 

https://www.youtube.com/watch?v=I3_11wvPEPE&t=193s

Et en bonus, une étude de cas du couple confiné, qui m’a sacrément fait marrer, pour illuminer votre dimanche. 

https://www.youtube.com/watch?v=Y4UAMv3eMPU

Voilà, ça me semblait sympa de faire ça, mais n’hésitez pas à me dire si :

  1. cette rubrique vous intéresse 
  2. ou alors pas du tout parce que vous êtes là pour lire mon blog qui est décidément votre préféré

A tchao bon dimanche ! (qui a la ref ?)

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Et sinon, tu t’es déjà demandé pourquoi les femmes s’épilent ? 

Cette question (sortie de nulle part, je vous l’accorde) ne s’adresse pas qu’aux hommes. Moi-même, je n’ai découvert la réponse que récemment dans cet article de Gala, et ça m’a fait sérieusement cogiter.

Non, on ne s’épile pas pour nous, ce serait sacrément masochiste et je vous assure qu’on préfèrerait dépenser notre argent dans des sorties au resto. MAIS on ne s’épile pas forcément pour les autres non plus, puisque beaucoup continuent à le faire alors que le confinement leur épargne les regards extérieurs. Alors pourquoi ? 

“Parce que la société m’a appris, en tant que femme, à détester mon corps avec des poils, à ne pas le trouver normal lorsqu’il n’est pas épilé.” Gala’s blog

Quel que soit votre rapport au poil, je vous invite très chaudement à lire cet article qui interroge la représentation du corps féminin avec beaucoup de pertinence. 

Adulte, Automne, Feuilles D'Automne, Bicyclettes, Vélos

L’épilation : ni pour moi, ni pour les autres, mais alors pourquoi ?

Sur Youtube, parlons peu mais parlons du couple 

Etre confiné.e en couple, c’est au choix, une super aubaine, ou tout le contraire. Disons que les bons côtés comme les mauvais sont exacerbés. En tout cas, ça me semble être un bon moment pour se rappeler que si ce n’est pas un conte de fée de chaque instant, c’est NORMAL. Il n’y a pas de règle sur le nombre de rapports sexuels à avoir par semaine, le pourcentage de choses qu’on doit partager, ou quoi que ce soit d’autres. Chers gens en couple, si vous vous aimez et que vous vous respectez, ne changez rien, vous êtes parfaits. (Chers gens célibataires, vous êtes parfaits aussi, d’ailleurs.) 

https://www.youtube.com/watch?v=I3_11wvPEPE&t=193s

Et en bonus, une étude de cas du couple confiné, qui m’a sacrément fait marrer, pour illuminer votre dimanche. 

https://www.youtube.com/watch?v=Y4UAMv3eMPU

Voilà, ça me semblait sympa de faire ça, mais n’hésitez pas à me dire si :

  1. cette rubrique vous intéresse 
  2. ou alors pas du tout parce que vous êtes là pour lire mon blog qui est décidément votre préféré

A tchao bon dimanche ! (qui a la ref ?)

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]


Edgar Degas, Elise se réveillant le matin en ayant laissé son portable éteint dans le salon

L’artiste confiné avec ses émotions 

Je ne peux pas lancer cette rubrique sans parler de mon “blog jumeau”, Kerjul fait de la prose, lancé par une copine presque en même temps que le mien. Un peu différent, car plus ciblé sur la créativité et plus précisément l’écriture, mais vraiment si vous avez la moindre étincelle d’intérêt pour toute activité créative, je vous conseille son article sur les émotions. Et puis ça fait du bien, à cette période où l’ancienne génération du blogging s’essouffle, de suivre la relève ! (dixit la meuf qui a trois articles sur son blog mais qui parle comme une ancienne)

Et si le confinement a rendu la page blanche encore plus effrayante que d’habitude, je vous conseille cette vidéo de Christelle Lebailly pour vous sentir moins seul.e, vous faire rire et vous redonner de l’optimisme.

https://www.youtube.com/watch?v=LKJXwEwj4KY

Et sinon, tu t’es déjà demandé pourquoi les femmes s’épilent ? 

Cette question (sortie de nulle part, je vous l’accorde) ne s’adresse pas qu’aux hommes. Moi-même, je n’ai découvert la réponse que récemment dans cet article de Gala, et ça m’a fait sérieusement cogiter.

Non, on ne s’épile pas pour nous, ce serait sacrément masochiste et je vous assure qu’on préfèrerait dépenser notre argent dans des sorties au resto. MAIS on ne s’épile pas forcément pour les autres non plus, puisque beaucoup continuent à le faire alors que le confinement leur épargne les regards extérieurs. Alors pourquoi ? 

“Parce que la société m’a appris, en tant que femme, à détester mon corps avec des poils, à ne pas le trouver normal lorsqu’il n’est pas épilé.” Gala’s blog

Quel que soit votre rapport au poil, je vous invite très chaudement à lire cet article qui interroge la représentation du corps féminin avec beaucoup de pertinence. 

Adulte, Automne, Feuilles D'Automne, Bicyclettes, Vélos

L’épilation : ni pour moi, ni pour les autres, mais alors pourquoi ?

Sur Youtube, parlons peu mais parlons du couple 

Etre confiné.e en couple, c’est au choix, une super aubaine, ou tout le contraire. Disons que les bons côtés comme les mauvais sont exacerbés. En tout cas, ça me semble être un bon moment pour se rappeler que si ce n’est pas un conte de fée de chaque instant, c’est NORMAL. Il n’y a pas de règle sur le nombre de rapports sexuels à avoir par semaine, le pourcentage de choses qu’on doit partager, ou quoi que ce soit d’autres. Chers gens en couple, si vous vous aimez et que vous vous respectez, ne changez rien, vous êtes parfaits. (Chers gens célibataires, vous êtes parfaits aussi, d’ailleurs.) 

https://www.youtube.com/watch?v=I3_11wvPEPE&t=193s

Et en bonus, une étude de cas du couple confiné, qui m’a sacrément fait marrer, pour illuminer votre dimanche. 

https://www.youtube.com/watch?v=Y4UAMv3eMPU

Voilà, ça me semblait sympa de faire ça, mais n’hésitez pas à me dire si :

  1. cette rubrique vous intéresse 
  2. ou alors pas du tout parce que vous êtes là pour lire mon blog qui est décidément votre préféré

A tchao bon dimanche ! (qui a la ref ?)

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]
Pourquoi je me lance dans le blogging

Pourquoi je me lance dans le blogging

Alors, vous avez cru que j’allais abandonner après le premier article, pas vrai ? Que nenni, j’avais juste besoin de me reposer après avoir fourni l’effort colossal d’écrire un article (on sent que ce blog a des jours prolifiques devant lui, n’est-ce pas). Mais je vais continuer, en essayant d’adopter un rythme assez régulier pour qu’on n’oublie pas mon existence entre deux articles. Sachez que ça me tient énormément à cœur. Pourquoi, c’est ce que je vais essayer d’expliquer. 

Le blog, c’est pas un peu so 2010

Si, tout à fait, d’ailleurs en 2010 j’étais déjà à fond dans le game, je bloguais comme une folle sur Skyrock. Quand j’ai arrêté de bloguer quatre ans plus tard (quand même), parce que c’était devenu vraiment la honte et que j’étais un peu seule sur Skyrock, je suis restée une grande lectrice de blogs. Et j’ai vite compris que c’est comme pour les concerts de Johnny : je suis née trop tard. L’âge d’or du blogging est loin derrière lui. Combien de fois, dans mes explorations, je suis tombée sur des blogs fantômes, dont le dernier article datait d’il y a deux ans. 

Gustave Courbet, Enterrement du blogging, 1849

Les règles du jeu ont changé. Désormais, on chill sur Facebook, Instagram et Youtube. Google, lui, est là pour répondre à nos questions. Donc, c’est fini les blogs “billets d’humeur” et autres racontages de life, désormais les blogs répondent à des demandes précises tapées dans les moteurs de recherche – d’où la recommandation de créer des blogs “de niche” (j’ai raté la première recommandation, ça commence bien).

Mais alors, pourquoi en faire un en 2020 ?

Parce que je suis tout à fait HASBEEN. J’écoute Nostalgie dans la voiture, j’ai un radio-réveil sur ma table de chevet, et des jupes à fleurs dignes de celles de ma grand-mère. Oui, je suis ce genre de personne qui n’a rien compris à la vie. 

En réalité, j’ai conscience que le blogging se porte mal, mais je trouve aussi qu’il manque cruellement à la toile. J’ai énormément appris en lisant des blogs, notamment sur l’éthique animale, le féminisme, l’écologie, la créativité – bref, toutes ces choses qu’on n’apprend pas à l’école. J’ai aussi beaucoup ri et réfléchi. Aujourd’hui, je voudrais reprendre le flambeau, et même si j’ai un peu l’impression d’être aussi à côté de la plaque que si je créais un avatar sur Myspace pour demander “cc ki est la”, eh bien tant pis. Au pire ça ne marchera pas, et au moins j’aurais amélioré mes skills en informatique (lol).

Caspar David Friedrich, Elise cherchant des amis sur Myspace, 1818

Ce que ce blog n’est pas 

Un blog d’écriture : l’écriture est ma principale passion, j’y passe un temps fou et j’espère un jour en faire mon métier. Mais quand je lis des histoires et des poèmes, c’est sur papier, c’est donc naturellement le papier que j’ambitionne pour ce que j’écris. Je réserve un autre destin pour ce blog. Et ne comptez pas sur moi pour vous donner des conseils d’écriture, étant moi-même plutôt brouillonne et irrégulière, ce serait un peu l’hôpital qui se fout de la charité. 

Un blog de niche : le problème des blogs de niches, c’est qu’on n’y trouve que ce qu’on cherche. C’est le but, me direz-vous. Mais par exemple, prenons un blog écolo : seuls des écolos tomberont dessus et s’y arrêteront. Selon moi, ce système de niche contribue à nous attribuer des étiquettes et nous mettre dans des cases, alors que les blogs devraient être une belle opportunité de découvrir de nouvelles choses. Je suis écolo, mais pas seulement ! On dit souvent qu’il faut cibler son audience… pourtant, je suis intéressée par un tas de sujets à la fois, alors pourquoi mon lectorat ne le serait pas ?

Un business : J’ai l’impression que 80% des blogs survivants sont des blogs sur comment devenir freelance et monétiser ton blog en boostant ton audience avec des techniques de marketing qui te rendront plus riches que Bill Gates. Vu que les blogs créés aboutissent à la même chose, je vois pas trop où ça nous mène. Je comprends totalement que les personnes qui créent un contenu de qualité depuis des années en retirent un revenu, je reconnais leur travail. Mais je pense qu’on devrait, comme au bon vieux temps, se sentir libre d’ouvrir un blog juste pour partager quelque chose qui nous tient à cœur, pour le plaisir, sans en avoir honte. 

Un blog féminin : C’est, si je ne m’abuse, le deuxième secteur qui se porte le mieux. J’ai appris à me maquiller, à cuisiner, et à bloguer aussi, sur des blogs écrits par des femmes pour des femmes. D’ailleurs, j’ai remarqué qu’elles s’assument beaucoup plus facilement “blogueuses”, alors que les mecs préfèrent dire qu’ils “tiennent un site internet”… Ça me laisse songeuse. Je n’ai rien contre cet entre-soi féminin qui a aussi ses bons côtés, mais je trouve qu’il y a bien assez de blogs féminins “lifestyle”, que la perfection a déjà été atteinte par certaines, et je me vois mal en créer un, comme les sujets qui m’intéressent sont plutôt universels. Lecteurs, restez avec moi. 

Henri Fantin-Latour, Lectorat du Fouzitou, 1864

Mais alors qu’est-ce que c’est ?

Un blog culture (mais pas pédant, promis) : Je lis beaucoup, je me renseigne beaucoup, je cogite beaucoup. J’adore écouter de la musique et créer des playlists. Je suis de près le monde de l’illustration. Je pars régulièrement en exploratrice sur Internet. Alors, sans tomber dans la prescription, je me dis que ça peut être sympa de partager ce qui me plait. Et le partage, c’est dans les deux sens. On pourrait créer des articles collaboratifs où vous partagerez aussi tout ce qui égaie votre temps libre. Affaire à suivre !

Une extension de ma tête (et il s’y passe des choses intéressantes la plupart du temps) : Je pourrais aussi parler d’hypersensibilité, de ma vie d’expat, de mes pérégrinations pour devenir écrivaine, de cuisine végétale… mais je ne sais pas jusqu’où je peux envoyer balader cette histoire de “blog de niche”. Je vais y réfléchir.

Un blog militant (mais pas déprimant) : Ma sensibilité un peu trop prononcée me pousse à chercher toujours plus loin comment être heureuse en respectant le bonheur des autres. Ça pourrait être la ligne éditoriale de mon blog, s’il en fallait vraiment une. J’ai plein de choses à dire sur la vie et le monde qui m’entoure. Alors histoire que je ne continue pas à vous soûler avec mes exposés sur l’éthique animale, et que je n’écrive pas de romans à thèse sur le féminisme, je me crée cet espace de liberté pour laisser parler cette partie de moi.

Bref, je ne me reconnais pas dans la mode du message immédiat qui disparaît après vingt-quatre heures et dont le flot continu rend les utilisateurs accros pour qu’ils restent sur les réseaux sociaux sans repasser chez la concurrence. Après, je sais que personne d’autre que mes parents ne tombera sur ce blog si je n’utilise pas les réseaux sociaux. J’entretiens une relation d’amour/haine avec eux (les réseaux sociaux, pas mes parents), je vais essayer de faire la paix, et de m’amuser.

Ici, je veux que chacun vienne, prenne ce qui l’intéresse, s’exprime s’il le souhaite, et reparte avec le sourire et des idées plein la tête. Bref, comme on ouvre et ferme un livre. Sauf que contrairement à ceux que j’écris sur Word, ce livre-là parlera directement de la vraie vie, variée, morcelée, triste ou drôle. 

J’espère que ça vous plaira et que vous serez plus que trois pelés à me suivre dans cette aventure ! Si je m’y prends bien on pourra être quatre, cinq, puis toute une joyeuse bande de pelés !

PS : n’hésitez pas à vous exprimer sous les articles, ça me fera toujours extrêmement plaisir ! (qui se rappelle de l’époque skyrock “je rends les coms et les kiffs” ?)

Elise